Where is my mind ?

Publié le par Oyster

Il y a en face de chez moi deux instituts de beauté où toute la sainte journée défilent les dames bottées. Leurs enseignes lumineuses sont roses, la pluie même est rose sur la banlieue et des types se tirent allègrement dessus sur le parking de la Gare du Nord. On vient nous vendre des chocolats de Noël deux mois avant la date fatidique, le beaujolais nouveau est arrivé et on surprend ici ou là une ombre dissimulée derrière son masque pour se prémunir de la grippe du cochon. "L'occident est un cadavre parfumé", disait Cioran. Surplombant la plaine triste où s'ébattent des monstres préhistoriques sculptés dans le granit, un homme et une femme se prennent la main pour contempler l'effondrement annoncé de la civilisation... Je ne porte plus Chuck Palahniuk dans mon coeur depuis que son style ultra-répétitif m'a lassé, et le film Fight Club ne me laissera plus jamais au fond de la gorge l'amertume jubilatoire à laquelle il me faisait goûter lorsque, ado écervelé, anarchisant et tout, je priais raide défoncé pour un explosif renversement de situation. Néanmoins, chanson du soir, espoir ! ce petit instant de grâce des Pixies ne me lassera, je me plais à le croire, jamais. Il renvoie l'individualité à ses espoirs travestis, à ses errements solitaires et à la grandeur du choc esthétique dans un univers effrayant de petitesse.  Et puis, les Pixies, c'est tout de même pas ce qui se fait de pire, hein ?

Publié dans En musique et en vrac

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Isidore 25/11/2009 16:50


Je confirme qu'on ne lasse jamais de ce morceau de bravoure des Pixies, d'accord aussi pour éviter les reprises genre Placebo, mais celle de Frank Black en acoustique est très bien...
Et puis cette chanson colle tellement bien à la dernière scène du film ...


Esther 22/11/2009 14:03


C'est la chanson que je préfère des Pixies. Je n'étais déjà pas fan de Placebo, mais le jour où ils ont repris cette chanson, je les aurai volontiers collé à la potence!


Oyster 24/11/2009 01:08


De l'esthète au psychopathe, il n'y a qu'un pas !